Vatagna

Soigner le jardin par les plantes 

FredoBio | Jeudi 15 Mai 2008 | Commentaires [0] | Bookmark and Share

Les différentes préparations:

  1. Le purin

Le purin se fabrique dans des récipients en bois, en tôle émaillée et ventuellement en plastique ou en inox. Les tonneaux en fer sont inutilisables car ils s'oxydent très vite et apportent an jardin du fer en excès.

Les parties utilisées des plantes sont hachées et enfermées dans un sac perméable, sauf pour l'ortie qui est qui est utilisée entière. Ce sac servira de premier filtre en fin de fermentation. On compte généralement un kilo de plantes fraîches ou deux cent grammes de plantes séchées par dix litres d'eau.

L'ensemble est lesté d'une pierre afin de l'empêcher de remonter lorsqu'on le recouvre d'eau. Il faut utiliser de l'eau de pluie ou de l'eau de source, car le chlore et le calcaire contenus dans l'eau de distribution sont néfastes à une bonne fermentation des plantes. Le récipient doit être recouvert, mais en permettant à l'air de circuler. Il faudra veiller à brasser journellement le purin en faisant tourner le sac dans l'eau.

La fermentation est plus rapide par temps chaud. L'odeur typique du purin va apparaître après quelques jours. Il est possible de l'atténuer en ajoutant quelques tiges de camomille, de valériane ou d'angélique, ou encoreen ajoutant une poignée de poudre de roche.

Après six à quinze jours, suivant la température, lorsque le purin ne produit plus de bulle (fermentation stoppée), le sac contenant les plantes est retiré. Les déchets pourront être déposés comme mulching entre les lignes de légumes.

Des larves d'éristales peuvent apparaître dans le purin. Ce sont de gros asticots inoffensifs munis d'un siphon respiratoire. Préservez-les en les transvasant dans un petit récipient de purin que vous garderez toujours rempli de liquide. Ces insectes pourront ainsi achever leur cycle: les asticots deviennent, à l'age adulte, des mouches de la grande famille des syrphes (Syrphidae). Les asticots jouent un rôle régulateur important pour une bonne évolution de vos purins.

La dilution des purins s'effectues en fonction de l'utilisation.

  1. La décoction

Pour les décoctions, il est conseillé de couper finement les plantes afin de permettre une meilleure extraction des substances actives. On les met ensuite tremper dans de l'eau de pluie ou de source pendant 24 heures. Il faut compter 20 grammes de plantes sèche ou 100 grammes de plantes fraîches par litre d'eau.

Après les 24 heures de trempage, on porte à ébullition et on laisse ensuite frémir l'eau entre 30 et 45 minutes sans couvrir le récipient. Laisser reposer 12 heures et filtrer ensuite. La décoction doit être utilisée dans le mois qui suit car sa composition de reste pas stable.

  1. L'infusion

Les substances actives présentes dans les plantes et qui sont nécessaires pour lutter contre les ravageurs sont détruites ou s'évaporent lors de l'ébulition prolongée des décoctions mais ne sont qu'imparfaitement extraites si on se contente d'une préparation à l'eau froide.

L'infusion se présente donc comme la solution idéale. Les quantités à utiliser sont les mêmes que pour la décoction. Les plantes sont finement découpées et disposées dans un récipient non métalllique. Verser l'eau bouillante sur les plantes. Mettre un couvercle et laisser infuser jusqu'à ce que l'eau soit refroidie. Laisser reposer 24 heures. Filtrer et utiliser dans les jours qui suivent.

  1. La macération (ou extrait à l'eau froide)

L'extraction des substances actives des plantes se fait généralement par décoction ou infusion. Il peut cependant arriver que le temps presse ou que le matériel nécessaire pour une infusion ne soit pas disponible au jardin. Un extrait à l'eau froide se révèle alors la solution idéales. Les plantes sont découpées le plus finement possible. On peut utiliser une moulinette à persil qui va déchiqueter les plantes et permettre une extraction plus complète des substances actives.

Les plantes découpées sont ensuite mises à tremper dans l'eau de pluie. Elles y resteront au moins 24 heures et au plus 3 jours. L'extrait sera plus efficace si le récipient est placé au soleil. Si le trempage dure plus de trois jours, on obtient un début de fermentation et la préparation commence alors à perdre ses effets insecticides ou insectifuges.

Une eau de qualité pour les préparations !

Une eau de qualité à une importance primordiale pour l'obtention de préparations ayant une efficacité optimale. L'eau de distribution est toujours traitée et ne conviendra donc jamais. Les eaux calcaires ne conviennent pas non plus.

L'eau idéale sera toujours un peu acide et, idéalement, le pH sera donc toujours légèrement inférieur à 7. Les eaux de source, du puit ou de pluie seront toujours à privilégier.


Source:

Philippe Delwiche « Soigner par les plantes » Edition NATURE ET PROGRES (Belgique)

Version imprimable

Télécharger cet article au format PDF Clic puis "Enregistrer"

Poster un commentaire

Les champs marqués d'une * sont obligatoires.





Remarque: Ce message est suceptible d'être supprimé par un administrateur s'il n'est pas en rapport avec le sujet abordé, ou s'il ne respecte pas la charte éditoriale du site (spam, etc.).

FredoBio, association loi 1901. Contactez-nous | Mentions légales.

Sauf mention contraire, tous les documents publiés sur le site sont placés sous Licence Libre Creative Commons by-nc-sa.

Pour nous suivre : Facebook Flux rss