Vatagna

attention Attention! Ne pas utiliser les plantes dans un but thérapeutique sans l'avis d'un médecin. Nous déclinons toutes responsabilités quant au mauvais usage des plantes. L'emploi en phytothérapie est à titre purement informatif.

La consoude de A à Z 

FREDOBIO | Mardi 11 Janvier 2005 | Commentaires [0] | Bookmark and Share

HISTORIQUE:

Nous sommes au 2ème siècle de notre ère. Une légion de l’armée Romaine se trouve en Europe
centrale, luttant contre les Barbares. Les brancardiers se fraient un chemin parmi un groupe d’hommes vigoureux ébranlés par la bataille. Ils transportent
un pauvre légionnaire meurtri.

« Je suis tombé
de mon cheval en luttant contre ces barbares… »


Le médecin militaire romain, habitué à soigner les blessures les plus atroces, examine le blessé en détail.

« Tu as de la chance. Tu n’as qu’un os du bras cassé. Allez me chercher quelques racines de cette plante qui soude les os ! » dit le médecin à ses assistants.

Pendant qu’il met un cataplasme de racine de grande consoude sur le bras cassé, le médecin encourage
le légionnaire :

« J’ai appris du sage Dioscoride, mon maître, que dans ces terres germanique pousse une plante capable de souder les os fracturés. Pendant un mois, il faut que tu portes un cataplasme fait avec sa racine. Change-le tous les jours. Et sois sûr que ton bras sera bientôt guéri. »

Depuis lors, la grande consoude a accompagné les soldats et les guerriers de toutes les époques. La foi en cette plante était telle que Dioscoride lui-même affirmait :

« Si l’on fait cuire avec sa racine quelques morceaux de viande, elles les réduit et les soudes. »

Andrés de Laguna, médecin espagnol du XVI e siècle, qui traduisit et commenta les livres de Dioscoride, affirmait : « Cette plante montre une grande force pour souder les divorces de toutes les parties ou
membres ».


D’après les partisans de la théorie des signes, l’union existant entre la feuille et la tige de la consoude est un signe dont le Créateur marqua cette plante, pour nous rappeler qu’elle est capable de souder les blessures et les fractures récentes. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a quelques décennies, on a pu identifier dans la racine de la consoude une substance nommée allantoïne, à grand pouvoir cicatrisant, qui entre de nos jours dans la composition de diverses préparations pharmaceutiques.

Propriétés et indications :

La racine de la grande consoude contient de l’allantoïne (1 à 1.5%), des glucides (amidon, saccharose, inuline), d’abondants mucilages, du tanin, de la choline et des résines. Elle a les propriétés suivantes :

- Cicatrisante, en raison de sa teneur en allantoïne. Cette
substance stimule la prolifération des fibroblastes, cellules du tissu
conjonctif qui engendre la cicatrisation.

Son utilisation est très appropriée en cas de cicatrisation lente (blessures torpides), de plaie et ulcères cutanés, de brûlures, et chaque fois qu’il faut stimuler la guérison de tissus contusionnés ou lésés. (Compresses et cataplasme).

- Emolliente, elle calme la peau et les muqueuses enflammées, grâce à sa teneur en mucilages. Elle favorise la guérison de l’eczéma, des éruptions et des irritations et inflammations cutanées. (Compresses et cataplasme).

- Astringente, grâce à sa teneur en tanins. Elle sèche les
muqueuses et coagule leurs capillaires sanguins. Les bains de bouches effectués avec la racine de grande consoude sont indiqués en cas de stomatite, de gingivite et de pharyngite.

ATTENTION !!

La racine, la tige et les feuilles de cette plante sont toxiques en usage interne, car elles renferment un alcaloïde, la symphyto-cynoglosine, toxique pour le foie, et un glucoside, la consolidine, qui entraîne une paralysie du système nerveux central et, à forte doses, l’arrêt respiratoire.

Préparation et emploi :

Usage externe : La racine de grande consoude s’applique seulement par voie externe, sur les blessures, les ulcères, les contusions ou les brûlures.

- Compresses : Préparer une infusion de 100 à 200 g de racine par
litre d’eau. Laisser macérer pendant 2 heures environ. Imbiber de ce liquide des compresses de coton ou de gaze, et les appliquer sur la zone affectée, en les renouvelant 2 ou 3 fois par jour.

- Cataplasme de racines de grande consoude fraîche pillée ou
broyée. Les renouveler 2 ou 3 fois par jour.

- Bains de bouche avec
le liquide de la macération utilisée pour les compresses.

Version imprimable

Télécharger cet article au format PDF Clic puis "Enregistrer"

Poster un commentaire

Les champs marqués d'une * sont obligatoires.





Remarque: Ce message est suceptible d'être supprimé par un administrateur s'il n'est pas en rapport avec le sujet abordé, ou s'il ne respecte pas la charte éditoriale du site (spam, etc.).

FredoBio, association loi 1901. Contactez-nous | Mentions légales.

Sauf mention contraire, tous les documents publiés sur le site sont placés sous Licence Libre Creative Commons by-nc-sa.

Pour nous suivre : Facebook Flux rss